Nice je t’aime gourmande ! De la Prom’ au port…

Nice je t’aime gourmande ! De la Prom’ au port, mon humeur du moment…

Sur la Promenade des Anglais, ce matin-là, il n’y avait que moi… sur la route. Oui, sur la route ! Avec la venue du président chinois, tout avait été bouclé en amont.

Je ne sais pas où étaient les “sept cent millions de chinois” de Dutronc, mais “moi, et moi, et moi”, j’étais bien là et j’en ai profité pour faire quelques vidéos en toute tranquillité avant la déferlante. D’ici 7 ans, on estime que la Chine fera son entrée dans le top 10 des marchés étrangers de la Côte d’Azur avec 4% de la fréquentation étrangère totale.

Ouf, on a déjà un point commun : c’est la baguette ! Evidemment, si on y ajoute du beurre, nous, les Français, avons un avantage certain !

Donc ce matin-là, j’ai poussé jusqu’au port avec mon amie Isabelle pour déjeuner chez notre ami José Orsini du Bistrot du Port (la preuve en bas à droite de ce sublime montage vidéos/photo).

 

 

Il vous faut une autre preuve ? La voici : écrevisses et brocciu !

 

Ben quoi ? Il me fallait bien de quoi tenir deux heures le micro de Chérie Côte d’Azur sur la Foire de Nice. J’avais été invitée à venir parler de mon prochain ebook culinaire et je ne m’en suis pas privée. Mais vous devrez encore patienter quelques jours. Je le fignole…

 

 

Le pré-lancement de l’ebook a eu lieu le même jour, dans le restaurant de mon ami chef MOF Jacques Rolancy. J’ai parlé, il a régalé et les invités ont aimé… What else ?

 

Jacques Rolancy lancement ebook

Perso, j’adore manger chez Jacques. Et comme je ne sais pas choisir, j’ai testé ses deux tables, la gastronomique et le bistrot. Mais je vous rassure, pas en même temps !

Au gastro, j’ai pris la “Caille fermière des Landes, huîtres et foie gras sous la peau, betteraves de couleur fondantes et poires” : à 31€, un plat de MOF comme ça, un soir, c’est cadeau ! Hâtez-vous, la carte va bientôt changer.

Au bistrot, le “Sandwich au jambon de boeuf, beurre salé et comté de 24 mois” était épatant, très original et vraiment copieux pour ses 16€. Le chef ne lésine pas sur ce jambon vraiment très goûteux (et coûteux !).

 

 

Dans Le Vieux-Nice, un midi, j’ai sauté sur le stockfish d’Evelyne et Marcelle du restaurant A Buteghinn’a. Ce n’est pas toujours la saison, et comme plat typique niçois, on ne fait pas mieux. Avec de l’églefin s’il vous plaît, suivant la recette nissarde ! Un plat mitonné dans le bonheur et tellement copieux que j’ai eu du mal à finir.

Heureusement, à Nice, une petite balade digestive est tellement agréable…

 

 

Parfois une porte s’ouvre sur l’horizon…

 

La mer n’est jamais loin…

Nice mars 2019

 

Le poisson non plus…

Ici sur la plage du Blue Beach, la découpe de la sole meunière : un must !

 

Et comme c’est le printemps, j’avais envie de terminer par de la couleur : une bonne glace de chez Arlequin, sur l’avenue Jacques Médecin. Le seul glacier niçois à proposer le parfum “durian” : vous me direz si vous le prenez.

J’ai bien sûr goûté leur tout dernier parfum : vanille, cannelle, gingembre confit. Mais comme j’avais plus envie d’acidulé, j’ai pris framboise et mûre…

Mmmm…

 

 

Bonne semaine…

Laissez un commentaire