A mi-chemin entre les jolis villages provençaux de Villeneuve-Loubet et de La Colle-sur-Loup, le restaurant Le Blanc Manger offre une jolie cuisine bistronomique ancrée dans le terroir.

Entrée du restaurant Le Blanc Manger

Aux fourneaux de cette maison discrète, j’ai rencontré une femme : Brigitte Guignery. Avec 30 ans de métier derrière elle, cette femme cheffe en connaît bien toutes les ficelles. Avant le Blanc-Manger, on l’a connu au Jarrier à Biot quand la maison était étoilée. Aujourd’hui avec son fils Cyril, elle vous accueille comme une reine en sa maison car Brigitte Guignery sort volontiers de sa cuisine pour aller voir ses clients et parler de sa cuisine.

La salle est vaste et multiplie les ambiances. Envie d’un coin cosy ? On se glissera à gauche de l’entrée ( le sas coupe court aux courants d’air) ou près de la cheminée. Besoin de voir ou/et d’être vu ? On se dirigera plutôt vers le fond du restaurant où les grandes fenêtres donnent sur la verdure et la véranda d’été.

A la carte : de bons produits bien travaillés qui, personnellement, ont répondu à toutes mes attentes. Et puis il faut savoir que Brigitte est une experte en sauces. Elle a tout appris auprès du chef Senderens de l’Archestrate à Paris. Et ça, ça fait beaucoup !

Le plaisir est doublé par d’intelligents accords mets-vins à partir des découvertes personnelles de la cheffe et croyez-moi, elle a le nez pour dénicher les trésors de petits vignerons peu connus.

En résumé, la proposition est simple comme devrait l’être la carte de toute petite structure qui se respecte quand elle propose une cuisine à base de produits frais maison.

Carte du restaurant Le Blanc Manger

Avec mon accompagnant, nous avons pris le menu pour avoir une vision d’ensemble. J’aime bien savoir de quoi je parle. Et puis la cheffe nous avait convaincu.

—————–

J’aime bien prendre l’apéro parce que le soin apporté aux amuse-bouche qui vont avec en dit déjà long sur ce qui va suivre et l’attention portée au client… Ici, une coupe de champagne avec une bonne chiffonade et des petits toasts aux parfums de foie gras.

Apéritif au Blanc Manger

J’attendais avec impatience la trilogie d’entrées gourmandes, une formule qui permet à la cheffe d’exprimer sa créativité et au client d’oser des découvertes sans prendre de gros risque. Dans tous les cas, si une entrée ne plaît pas, il en a deux autres à se mettre sous la dent !

Je n’ai pas été déçue !
La cassolette d’escargots, crème de champignons, lardons, croûtons m’en a déjà bouché un coin.

Le Blanc Manger : cassolette d'escargots, crème de champignons, lardons, croûtons

 

Hum…. Le rouget barbet poêlés, sauce vierge, beignet de courgettes : un poisson à la cuisson parfaite, un beignet aux bonnes saveurs du Sud, la fraîcheur des févettes, l’acidulé de la petite tomate, le velouté des belles olives…

 Filet de rouget barbet, sauce vierge, beignet de courgettes, Le Blanc Manger

 

On a enchaîné avec le risotto de coquilles Saint Jacques, beurre de champagne à la vanille, chanterelles. Oui, avec du vrai champagne dedans… Et l’association riz, vanille, Saint Jacques : c’était bon !

Risotto de coquilles saint-jacques, beurre de champagne à la vanille, chanterelles, Le Blanc Manger

 

Nous étions déjà bien rassasiés.

La suite est arrivée…

Je m’étais laissée tenter par la marmite de gambas et sot l’y laisse, cocos de Paimpol, crème de homard, légumes au wok. Le sot l’y laisse, vous savez, ces deux petits morceaux de chair situés de chaque côté de la colonne dorsale de la volaille…

marmite de gambas et sot l'y laisse, cocos de Paimpol, crème de homard, légumes au wok, Le Blanc Manger

 

Mon compagnon avait craqué sur le duo gourmand de joue de bœuf braisée à l’ancienne et foie gras chaud, sauce et ravioles d’une daube. Je lui en ai quand même pris une bouchée 🙂

Duo gourmand de joue de bœuf braisée à l'ancienne et foie gras chaud, sauce et ravioles d'une daube, Le Blanc Manger

 

Le rognon de veau, croustillant de pieds de cochon, potiron, jus de veau corsé – le bonus ! – était étonnant. Je ne m’attendais pas à cette jolie présentation ni à cette association autour du terroir et j’ai aimé la douceur du potiron sur l’ensemble.

Rognon de veau, croustillant de pieds de cochon, potiron, jus de veau corsé, Le Blanc Manger

 

 

Les bons vins qui nous ont accompagnés durant le repas…

 

Comme on est fous, on  a demandé une trilogie de desserts gourmands, évidemment… Mais une assiette pour deux seulement. La cheffe nous a préparé ça, sourire aux lèvres.

On n’aurait pas pu passer à côté, c’est vrai.

Dans l’assiette, vous reconnaîtrez le parfait glacé à la myrtille sauvage et son chutney de framboise, la petite crêpe, jus suzette et orange confite, et le croustillant aux pommes, mousse au caramel, parfait glacé à la manzana, caramel de pommes…

 

Trilogie de dessert, Le Blanc Manger

Après, je peux vous dire qu’on était bien !

Et j’ai immortalisé ce moment mémorable avec la cheffe.

Le Blanc Manger, Brigitte Guignery et Anne Sallé alias Mikuy

Crédit photos : @Luc Florini

EN SAVOIR PLUS : http://www.leblancmanger.com/