On met autant de constance à visiter les adresses de Christian Constant, qu’il en a mis à conquérir Paris, après avoir quitté le Crillon. Direction les cocottes !

La Tour Eiffel, l’Arc de Triomphe : le Montalbanais Christian Constant sait choisir ses emplacements. De l’un à l’autre, on retrouve la même chaleur et la convivialité que procure une bonne table. J’ai poussé la porte d’une de ses trois adresses (!) de la rue Saint-Dominique, après avoir été saluer la belle dans son corset d’acier.

vitrine extérieure du restaurant Les Cocottes

Depuis l’extérieur, on sait déjà à quelle sauce on va être mangé !

J’aurais pu aller au restaurant étoilé « Le Violon d’Ingres » ou au « Café Constant » tout proches, mais la première signature que j’ai rencontré, c’était « Les Cocottes ». J’ai craqué sur le lieu !

salle intérieure du restaurant Les Cocottes

Murs en pierre, tons beiges, éclairage discret : on se sent bien.

Après avoir fait chauffer les fourneaux du Crillon et formé une ribambelle de talents, Christian Constant avait opté pour le « canaille chic » et c’est ce que je recherchais :  « des assiettes qui disent vraies, respirent l’authentique, fleurent les bons produits et exhalent la philosophie du « mangez bon ». Dans un coin – c’était bondé – je me suis trouvé un mange-debout d’où je pouvais tout observer 🙂

L'entrée du jour des cocottes

Tartare d’huîtres, Saint-Jacques et saumon au gingembre

Je me suis laissée tentée par les deux entrées du jour : le tartare d’huîtres, une bouchée trop vite avalée toute en fraîcheur marine servie dans sa coquille, et une tourte de gibier, foie gras et mesclun particulièrement goûteuse. Ca donne envie d’aller voir ce qui se passe au « Violon d’Ingres » !

la cocotte "Sauté d'agneau, pommes de terre rissolées"

Sauté d’agneau, pommes de terre rissolées

Les cocottes : impossible de faire l’impasse

J’avais commandé ensuite la cocotte du jour, suffisamment copieuse pour mon appétit d’autant que j’ai saucé allègrement. La sauce était divine et fleurait bon le mijotage, les bonnes herbes… La viande aurait gagné à être un peu moins cuite à mon goût.

La mousse au chocolat façon Roseline du restaurant les cocottes

La mousse au chocolat façon Roseline

Quand c’est vraiment bon, j’ai tendance à tester aussi le dessert. Je n’avais plus assez faim pour la fameuse tarte au chocolat de Christian Constant mais une petite mousse, ça ne mange pas de pain… Que dire ? Il y a bien longtemps que je n’en avais mangé une de cette catégorie-là !

 

IL FAUT QUE JE VOUS DISE…

C’est sûr, j’y retourne pour tester les plats à la carte comme par exemple « la vraie salade César Ritz » ou « la tête de veau, joue, langue et cervelle pochées, sauce ravigote aux câpres ». On peut aussi rester sur les formules du midi en semaine à 28€* pour entrée du jour/plat du jour ou plat du jour/dessert du jour ou encore le menu complet entrée du jour/plat du jour/dessert du jour à 32€* (*formules sans le vin). Le service était rapide, efficace, cordial.

Le plus du restaurant, c’est d’être ouvert 7/7 avec un service continu de 12h00 à 23h00.

 

L’ADRESSE :

Les Cocottes

135, rue Saint-Dominique

75007 Paris

Site internet : http://www.maisonconstant.com/les-cocottes-tour-eiffel/